Origines

Le bouleau est un arbre très présent en Eurasie et en Amérique du nord ; on le rencontre souvent dans la moitié nord de nos contrées tempérées. Son nom d’origine Celte (Betul est le premier mois lunaire du calendrier celtique) a aussi donné Betula, son nom de famille, ainsi que abedul en espagnol. La racine indo-européenne Birgh a donné Birch en anglais.

Il en existe 35 espèces : la plus connue d’entre elles est certainement le bouleau verruqueux (Betula pendula), aussi appelé bouleau blanc avec son écorce blanche et écailleuse caractéristique, dont les lambeaux se détachent facilement comme des morceaux de papier. Un autre bouleau reconnaissable est le bouleau pubescent (Betula pubescens) de couleur plus argentée et que l’on retrouve plutôt dans les marais et terrains humides.

C’est un arbre qui atteint environ 20 à 30 mètres de haut et qui vit à peine 100 ans. Son usage traditionnel est prédominant dans les traditions Celtes, Nordiques et Chamanes (Sibérie).

Le bouleau est un arbre lumineux qui symbolise le renouveau. Il représente la remontée du soleil et les jours qui rallongent, et est ainsi présent dans toutes les fêtes de renaissance printanière.
C’est l’arbre du commencement, symbole de purification.

Presque toutes les parties de l’arbre trouvent un usage médicinal :

  • la feuille et le bourgeon sont riches en flavonoïdes, des antioxydants, et s’utilisent dans les infections et inflammations du système urinaire ; ainsi que pour nettoyer et purifier les terrains acidifiés
  • l’écorce est diurétique et apaiserait les poussées de fièvre
  • même les branches, dans un usage beaucoup moins médicinal, ont trouvé action dans les baguettes des anciens professeurs des écoles (je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans (40, 60 ?) ne peuvent pas connaître…)

Et la sève alors ?

La sève de bouleau est avant tout… de l’eau (!), à 95 %. Elle contient également entre 0,5 et 2% de sucres (principalement du fructose, mais aussi du glucose, un peu de saccharose et très peu de galactose). Elle est riche en minéraux (calcium, magnésium, potassium, silicium), ainsi qu’en vitamine B9 (acide folique) et vitamine C ; les sels minéraux se retrouvent dans la sève en quantité limitée mais sont très assimilables. Leur teneur varie selon la qualité du sol sur lequel se trouve l’arbre, on privilégie donc une récolte aussi locale et respectueuse que possible. La sève contient aussi des acides aminés et des enzymes.

La sève de bouleau soutient les fonctions d’élimination de l’organisme, en particulier les reins. En aidant à éliminer les toxines, elle stimule l’organisme et le système immunitaire. Sa teneur en potassium permet de drainer en douceur, et les minéraux qu’elle apporte évitent les risques de carence et de fatigue favorisés habituellement par les diurétiques qui, en augmentant la diurèse (excrétion de l’urine), créent une déperdition excessive des minéraux. 

La sève de bouleau est particulièrement recommandée pour soulager les douleurs articulaires car elle reminéralise le système osseux et assouplit les articulations. Cependant, elle n’est pas aussi dépurative que le sont les feuilles de bouleau, prises en décoction et jus, et fatigue donc moins les reins. Son action diurétique a un effet sur la peau, notamment l’eczéma sec et le psoriasis par drainage des toxines saturées et cristallisées : la sève de bouleau permet une douce élimination des acides en excès dans le corps.

Une cure de sève de bouleau permet d’éliminer les chlorures, l’urée et l’acide urique. Elle est indiquée en cas de goutte, d’excès de viande (l’excès de protéines entraînant un surplus d’acide urique, qui peut aller jusqu’à la crise de goutte…), de pléthore, de lithiases urinaires (calculs rénaux), de rhumatismes, d’arthrite, d’oligurie (n’urine pas assez), d’hypertension. En drainant et en désinfiltrant les tissus, elle agit sur la rétention d’eau et la cellulite. Le potassium a un effet sur la régulation cardiaque et la circulation sanguine.

Le printemps est le parfait moment pour faire sa cure puisque c’est la saison :

  • de la montée de la sève
  • de la lumière et du renouveau, comme le bouleau
  • du drainage des déchets qui se sont doucement accumulés pendant l’hiver

La cure de sève fraîche se fait au moment de la récolte, c’est-à-dire en mars-avril. Comme il est d’usage en phytothérapie, on fait une cure de 21 jours. Il faut prendre l’équivalent d’un verre le matin à jeun, soit un minimum de 100 ml – mais la cure sera plus efficace et les résultats meilleurs avec 200 à 300 ml. Si vous ressentez le besoin de prolonger la cure, permettez une pause de 7 jours entre les 2 cures de 3 semaines.
Bien évidemment, toute cure ou prise de complément, tous naturels soient-ils, doit s’inscrire dans une mise en pratique de règles d’hygiène de vie comme un réglage alimentaire (mise en place d’une alimentation hypotoxique qui évince les toxiques comme le café, le sucre, les produits laitiers, le gluten, l’excès de protéines animales… et fait la part belle aux légumes et fruits frais de saison et biologiques), plus de mouvement au quotidien, une respiration plus profonde et naturelle…

En pleine saison, de fin février à début mai, on trouve facilement la sève fraîche en magasin bio (fraîchement récoltée et non pasteurisée). Une fois récoltée, la sève se garde au réfrigérateur car elle fermente naturellement, et doit être consommée rapidement.

Comment est-elle récoltée ?

La sève est prélevée par incision du tronc à environ 50 cm du sol, au moment du dégel au début du printemps. Il s’agit de récolter la sève montante, c’est-a-dire la sève minérale brute qui se déplace des racines aux feuilles. Si l’on en a la possibilité, on peut faire cette récolte soi-même.

Pour certaines sensibilités, ce procédé peut être assimilé à de l’exploitation, telle qu’elle est subie par le monde animal aujourd’hui. Nous découvrons de plus en plus à quel point le règne végétal, et tout particulièrement les arbres, est doué de qualités sensibles, de communication et d’adaptation. Il est ainsi nécessaire de se poser la question si oui ou non, et de quelle manière nous souhaitons envisager l’utilisation de cette ressource végétale ?

Normalement, les récoltes respectueuses se font sur des arbres d’un certain âge et forts, en ne récoltant qu’une quantité limitée, et un pansement d’argile est appliqué sur le trou rebouché par une cheville de bois, ce qui aide à cicatriser tout en protégeant l’arbre des parasites. Le bon sens ne coupe ni ne sacrifie un arbre, et l’on ne récolte que ce dont on a besoin. L’arbre, dans sa générosité, ne nous donnera que le surplus dont il n’a pas besoin, sans s’épuiser.

L’usage de la sève de bouleau ne connait pas de contre-indications à proprement parler. Toutefois, du fait de son action diurétique, elle n’est pas recommandée en cas d’insuffisance rénale, il vaut mieux en parler à son médecin. On s’abstient de la consommer en cas d’insuffisance rénale sévère. De plus, bien que la sève ne contienne normalement pas de salicylate de méthyle (contenu dans les feuilles), elle reste déconseillée aux personnes souffrant d’allergies aux dérivés salicylés (aspirine). De même, les personnes sous fluidifiants sanguins et traitements anticoagulants devraient demander l’avis de leur médecin, tout comme les personnes qui ont une faible pression sanguine.
Aussi, on ne prend pas de dépuratif et on ne draine pas son organisme lorsque l’on est une femme enceinte ou allaitante, sève de bouleau incluse !
En cas d’allergie au pollen de bouleau, il n’y a pas de risque de consommer la sève qui ne contient pas d’agents allergisants. Mais mieux vaut rester prudent en n’en consommant qu’une petite quantité en guise de test les premières fois.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :